Nicolasa Ruiz
Mexique, 15 min
Première mondiale

Obāchan est Japonaise. Elle a quitté son archipel natal en 1941 pour se marier avec l’un de ses compatriotes, de 17 ans son aîné, installé au Mexique. Par le biais de fragments de films de famille, de manga et de séquences qu’elle a tournées, Nicolasa Ruiz sculpte un paysage mémoriel complexe et délicat entre les deux rives du Pacifique.

Le point de départ d’Obāchan est bien le récit de la vie de Fuyuko Kiyota, jeune femme japonaise, qui a quitté son archipel natal en 1941 pour le Mexique. C’est un shashin kekkon qui l’a amenée là : une sorte de mariage à distance qui permit aux immigrants japonais en Amérique de trouver une femme dans leur pays d’origine, simplement en envoyant une lettre et une photographie. Elle s’est ainsi mariée avec Masaki Kiyota, de 17 ans son aîné et a fondé une famille avec lui. Dans Obāchan, le souvenir de son arrivée au Mexique est l’entrée dans une mémoire évoquée comme un maelström visuel et imaginaire. Le récit tente de se construire au gré des flots, au gré des flux d’images : fragments de films de familles, mangas originaux et séquences d’un voyage inversé raconté au présent… Le film revêt des airs de collage complexe et délicat, dialogue entre la vie de Fuyuko Kiyota telle qu’elle pense s’en souvenir et telle que Nicolasa Ruiz, la cinéaste, pense vouloir la recomposer. Mais les questions restent forcément sans réponse face à la liberté tourbillonnante de leurs esprits…

Madeline Robert

Durée
15 min
Année
2020
Pays
Mexique
Section
Compétition Internationale Moyens et Courts Métrages
Première
Première mondiale
Langues
japonais, anglais, espagnol
Sous-titres
anglais, français
Production
Paulina Valencia
Contact de vente
Paulina Valenciapaulinavalenciagutierrez@gmail.com+6643701182

Compétition Internationale Moyens et Courts Métrages

→ Tous les films