The Reel 11004

Mirabelle Fréville
France, 19 min
Première mondiale

En 1946, peu après les bombardements atomiques, une équipe de l’armée américaine tourne un documentaire sur le « Japon vaincu ». La bobine 11004 concernant Hiroshima et Nagasaki sera classée secret défense pendant 36 ans. Mirabelle Fréville l’a retrouvée et montée pour dénoncer la première censure de l’histoire du nucléaire.

En 1946, alors que les États-Unis occupent l’archipel nippon, une équipe de l’armée américaine et un opérateur originaire d’Hiroshima, tournent un documentaire sur le « Japon vaincu ». A l’époque, rares sont ceux qui peuvent imaginer que les bombes atomiques (représentant une « montée en puissance de l’univers » selon la terminologie mystico-prométhéenne d’Harry Truman, dans un discours prononcé le 6 août 1945) continueront à tuer pendant des années. Plusieurs bobines concernent les villes rasées par le feu nucléaire. Mirabelle Fréville s’est emparée de la « 11004 », classée « secret défense » pendant 36 ans, pour revisiter l’oblitération de la réalité opérée par le code de censure américain dans le Japon occupé, qui interdisait aux médecins de parler des maladies « atomiques » et bannissait le mot « radioactivité » des journaux. Son film, composé d’images parfois difficilement soutenables bruitées avec minimalisme, réhabilite les vivants en sursis (« hibakusha ») de la Bombe, dont les corps silencieux, mutilés, brûlés, continuent de dénoncer la première censure de l’histoire de l’Atome.

Emmanuel Chicon 

Bande-annonce

Durée
19 min
Année
2020
Pays
France
Section
Compétition Internationale Moyens et Courts Métrages
Première
Première mondiale
Langues
anglais, français
Sous-titres
anglais, français
Production
Sylvie Balland
Adeline Le Dantec
Contact de vente
Sylvie Balland
enrouelibre@orange.fr
+3306 86 53 18 69

Compétition Internationale Moyens et Courts Métrages