Andrea Schramm
Allemagne, 21 min
Première mondiale

Le père de la réalisatrice est transporté à l’hôpital, où il meurt, au début de la crise sanitaire. Isolées dans l’appartement parental, mère et fille commencent leur deuil, une double épreuve en temps de confinement. Dans un noir et blanc splendide, ce récit intime revendique le recours à l’émotion comme lien humain fondamental.

Un mur rugueux, une pièce froide, un espace qui se modifie au fil des tableaux pour nous conduire dans un appartement jadis plein de vie. Les portraits suspendus, les petits objets sur les étagères, les souvenirs d’une vie commune et les fenêtres ouvrant sur des rues désertées, tout est filmé avec une grande précision. C’est dans ce cadre à la lumière changeante, au noir et blanc splendide, que la réalisatrice Andrea Schramm construit un récit intime sur le deuil. A partir d’un montage des conversations téléphoniques de sa mère, le film illustre de manière pudique l’émotion et la douleur après la perte d’un être aimé, tandis que le confinement rend l’accompagnement du mort et le partage de la souffrance impossible. Le travail sur le son met en lumière la singularité de l'espace vide, renforçant le sentiment de solitude des personnes en deuil. C’est ainsi que la réalisation du film devient elle-même essentielle au travail de deuil, dans un processus qui culminera, quelques mois plus tard, avec le retour de la réalisatrice à cet appartement désormais vide, rempli de l’absence du père.
Javier Martín

Bande-annonce

Durée
21 min
Année
2020
Pays
Allemagne
Section
Compétition Internationale Moyens et Courts Métrages
Première
Première mondiale
Langue
allemand
Sous-titre
anglais, français
Production
Schramm AndreaSCHRAMM MATTHES FILM
Contact de vente
Andrea SchrammSCHRAMM MATTHES FILMandrea@schramm-matthes-film.de+491782692626

Compétition Internationale Moyens et Courts Métrages

→ Tous les films