592 metroz goiti

Maddi Barber
Espagne, Royaume-Uni, 24 min
Première mondiale

Sur les pentes des Pyrénées espagnoles, la construction du barrage d’Itoiz, dans les années 1990, a inondé sept villages. Une ligne de roche nue encercle l’eau verte de la retenue, marquant le paysage d’une cicatrice qui rappelle la blessure encore vive des habitants déplacés, 592 mètres plus haut. Le paysage a changé et la relation des hommes à leur environnement en a été perturbée. Après s’être battus des années contre l’inondation des villages et des terres, ils sont aujourd’hui les observateurs distants d’un changement subi. Ilargi est éleveur et Javier garde forestier en charge de la préservation des vautours. Ils incarnent chacun un rapport à l’animal et à l’espace très différent. La première, proche, a une relation qui passe par le toucher alors qu’elle prodigue les soins aux vaches. Le second, forcément loin des rapaces, les observe principalement aux jumelles, dans une relation purement visuelle. Le film se trouve là, dans cette différence de distance et de point de vue qu’induit la perturbation du paysage, et avec elle, celle de tout un écosystème, dans une dualité forte des éléments, entre la vie et la mort.

Madeline Robert

Bande-annonce

Durée
24 min
Année
2018
Pays
Espagne, Royaume-Uni
Section
Compétition Internationale Moyens et Courts Métrages
Première
Première mondiale
Langues
espagnol, basque
Sous-titres
anglais, français
Production
Granada Centre Visual AnthropologyMaddi BarberDoxa Producciones
Contact de vente
Cristina Herguetacristina.hergueta@doxaproducciones.com+34649889001

Compétition Internationale Moyens et Courts Métrages

→ Tous les films