Dur d'être dieu

Antoine Cattin & Pavel Kostomarov
Suisse, Russie, 67 min
Première mondiale

Alexei Guerman est l’un des plus célèbres réalisateurs russes vivants. Connu et respecté pour la précision de son travail et pour son exigence, il s’engage souvent dans des projets s’étalant sur plusieurs années. Cattin et Kostomarov l’ont suivi pendant le tournage de son dernier film. Bien plus qu’un ‘making of’, Dur d’être dieu est à la fois le portrait d’un artiste et celui d’un pays.

Alexei Guerman est l’un des plus célèbres réalisateurs russes vivants. Connu et respecté pour la précision de son travail et pour son exigence, il s’engage souvent dans des projets s’étalant sur plusieurs années. Cattin et Kostomarov l’ont suivi pendant le tournage de son dernier film. Leur caméra a capté la richesse et la profondeur du travail de ce cinéaste, et l’âpreté des relations entretenues avec son équipe, qu’il contrôle d’une main de fer. “En observant les rapports entre Guerman et son entourage, notre film met en lumière un constat qui dépasse le seul univers de cet artiste : il s’agit du caractère spécifique de la mentalité russe, où les gens se considèrent à la fois maître et esclave. Comme les yeux sont le miroir de l’âme - le cinéma de Guerman est un miroir de la Russie” (AC, PK).

Plongée dans l'univers de Guerman ou immersion dans un film-monde qui engloutit son propre créateur, Dur d’être Dieu pointe ce qui est propre à tout acte de création. Par l'intermédiaire d’un des plus rigoureux créateurs d’images, le film s’ouvre à quelque chose qui dépasse le domaine du cinéma et qui tient à la surprenante fragilité de la vie.

Carlo Chatrian

Durée
67 min
Année
2012
Pays
Suisse, Russie
Section
Compétition Internationale Longs Métrages
Première
Première mondiale
Langue
russe
Sous-titre
français
Production
Irène ChallandElena Hill

Compétition Internationale Longs Métrages

→ Tous les films