Le thé ou l'électricité

Jérôme le Maire
Belgique, 92 min

Un hameau isolé du Haut Atlas marocain, aux conditions de vie moyenâgeuses. Au lieu de la route tant attendue, on vient y annoncer l’installation prochaine… de l’électricité. Une attachante chronique de l’intérieur, filmée sur trois ans, d’une petite communauté confrontée à l’irruption de la modernité et des lois du commerce, en même temps qu’une édifiante fable philosophique sur la notion de progrès.

A Ifri, hameau isolé du Haut Atlas marocain, quelques familles de bergers vivent encore dans des conditions moyenâgeuses. Depuis des années, elles n’attendent qu’une chose : que l’Etat leur construise enfin une route, priorité absolue pour sortir de l’isolement et de la misère. Mais c’est l’électricité qu’on décide un jour de leur installer… Pendant plus de trois ans, le réalisateur a suivi la lente avancée des travaux, tout en observant les effets de ce changement annoncé sur la petite communauté. Bien plus qu’une simple chronique, le film décrit avec respect, et une proximité rare, ces villageois d'une pauvreté extrême… et d’une grande lucidité. Car la modernité imposée crée de nouveaux sacrifices et une pression familiale et sociale inédite : « Je n’ai pas besoin de cette électricité, dit un homme. Je ne veux que du pain, de l’huile, un peu de viande, et la paix. Ce sont les enfants qui réclament la télé, le frigo, la vidéo, la parabole… » Un regard précieux sur un monde oublié de tous – sauf par les lois du commerce (!), en même temps qu’une édifiante fable philosophique sur la notion de progrès.

Alessia Bottani

Bande-annonce

Durée
92 min
Année
2012
Pays
Belgique
Section
Compétition Internationale Longs Métrages
Langue
arabe
Sous-titre
anglais, français
Production
Truc IsabellePerspective FilmsIota Production

Compétition Internationale Longs Métrages

→ Tous les films