Sébastien Baverel & Rémi Pinaud
France, 27 min
Première mondiale

Des squatters parisiens doivent abandonner un immeuble occupé. Derniers moments avant le départ. D’occasionnelles performances musicales ont lieu, des propos radicaux sont prononcés, un coup de téléphone ne trouve pas de solution. Des vies possibles prennent forme. Au centre du récit, une femme charmante et un avenir un peu sombre... Fiction? Réalité? Des fragments de vérité très bien «joués».

Au cours du printemps 2011, sous le coup d'un avis d'expulsion, des squatters parisiens doivent abandonner l’immeuble qu’ils occupaient depuis six mois. C’est la fin de l’existence éphémère d’une communauté. Des hommes et des femmes vivent leurs derniers moments avant le départ dans une insouciance apparente. D’occasionnelles performances musicales ont lieu, des propos radicaux sont prononcés, un coup de téléphone reste sans solution. Des vies possibles prennent forme. Au centre du récit une femme charmante et un avenir un peu sombre... Une belle énergie parcourt ce court métrage, qui fait interagir un personnage féminin avec un univers exclusivement masculin. Les deux cinéastes filment de près leur protagoniste, sorte de Jean Seberg contemporaine qui incarne un certain idéal féminin (blonde, capricieuse, yeux de biche, belle voix, piercings), dans ses dialogues avec ses compagnons de fortune. Ainsi ils témoignent d’un lieu contradictoire où tout le monde rêve de perpétuelles situations poétiques et se retrouve souvent rattrapé par une certaine trivialité. De la fiction? Du réel? Des fragments de vérité bien « joués ».
Durée
27 min
Année
2013
Pays
France
Section
Compétition Internationale Courts Métrages
Première
Première mondiale
Langue
français
Sous-titre
anglais
Production
Sébastien Hussenot

Compétition Internationale Courts Métrages

→ Tous les films