L'Ombrello di Beatocello

Georges Gachot
Suisse, 82 min
Première mondiale

En 20 ans, le pédiatre et violoncelliste suisse Beat Richner, alias « Beatocello », a ouvert cinq hôpitaux pour enfants au Cambodge : des structures hypermodernes qui ont permis de sauver des milliers de vies. Au plus près de son personnage, le film retrace ce parcours exceptionnel, entre témoignages et archives. Un portrait qui nourrit la chronique, au quotidien, du travail de ce bâtisseur utopiste.

En 20 ans, le pédiatre suisse Beat Richner a ouvert cinq hôpitaux pour enfants au Cambodge : des structures hypermodernes et entièrement gratuites, qui ont permis de sauver des milliers de vies. Depuis 1996, le cinéaste Georges Gachot accompagne l’homme dans son aventure, à laquelle il a déjà consacré plusieurs documentaires. Il revient ici sur le parcours de ce médecin atypique, violoncelliste et dessinateur, qui dans les années 1970, prêchait l’amour dans les rues de Zurich sous les traits d’un personnage de cabaret appelé «Beatocello». Entre images d’archives, témoignages et confidences de l’intéressé, le film brosse un portrait en pointillé de cet artiste utopiste devenu bâtisseur d’hôpitaux. Naviguant entre passé et présent, au plus près de son personnage, il illustre le travail au quotidien de Richner et de ses équipes, tout en l’insérant fort à propos dans le contexte d’extrême pauvreté du pays. Un jour, les médecins cambodgiens découvrent dans de vieilles bobines le visage jeune et idéaliste de leur mentor : une séquence pleine d’émotion qui donne toute la mesure du chemin parcouru…

Alessia Bottani

Bande-annonce

Durée
82 min
Année
2012
Pays
Suisse
Section
Helvétiques
Première
Première mondiale
Langues
allemand, français, anglais, alémanique, khmer
Sous-titres
français
Production
Georges Gachot

Helvétiques

→ Tous les films