Maksimum przyjemnosci

Katarzyna Trzaska
Pologne, 47 min
Première mondiale

Cinq retraitées d’une petite ville polonaise se laissent bercer par le chant des sirènes de jeunes vendeurs sans scrupules qui leur refourguent de coûteux équipements domestiques, notamment dédiés au bien-être (résonateurs biophoniques, tapis de massage…). Katarzyna Trzaska signe une comédie documentaire cruelle sur un phénomène répandu en Europe centrale.

Dans une petite ville polonaise, cinq retraitées souffrent d'une addiction particulière, nourrie par leur crédulité dont abusent des jeunes vendeurs sans scrupules et bien habillés. Ceux-ci se déplacent à domicile pour vanter les mérites d'équipements domestiques extrêmement coûteux — des tapis de massage sophistiqués ou des résonateurs biophotoniques valant chacun un bon millier d'euros — alors que la pension des dames ne dépasse pas 1460 zlotys (330 euros). Katarzyna Trzaska filme sur un mode observationnel et respectueux cette comédie documentaire absurde et tendre traitant d’un phénomène répandu en Pologne et dans certains pays d'Europe centrale. Ces « desperate housewives » sont les victimes consentantes de ce « plaisir maximum », autrement dit la promesse ultime de la société de consommation globale, transplantée de fraîche date dans un ex-pays communiste. Si Irena, Krystyna et leurs comparses ont forcément vécu l'effondrement du système soviétique, elles n'en restent pas moins prisonnières de leur fascination pour le confort illusoire que leur procure la jouissance de marchandises inutiles, qui brillent tels des fétiches sous le soleil radieux du meilleur des mondes possibles.

Emmanuel Chicon

Durée
47 min
Année
2014
Pays
Pologne
Section
Compétition Internationale Moyens Métrages
Première
Première mondiale
Langue
polonais
Sous-titre
anglais, français
Production
Katarzyna Trzaska

Compétition Internationale Moyens Métrages

→ Tous les films