Visions du Réel rend hommage à l’auteur, cinéaste et scénariste français Emmanuel Carrère en lui décernant le prestigieux Prix d’honneur (auparavant « Maître du Réel »).

L’Invité d’Honneur de cette 52e édition, Emmanuel Carrère, sera présent à Nyon et donnera une Masterclass exceptionnelle le mardi 20 avril de 14:00 à 17:00. 

Cette Masterclass sera broadcastée depuis l’Usine à Gaz à Nyon. Ce dispositif hybride permettra à un public limité composé de professionnel.le.s et d’étudiant.e.s d’assister à la Masterclass en présentiel.

Vous pourrez retrouver ce moment exceptionnel en direct sur la page Forum de notre site.

L’hommage prévoit une Masterclass le mardi 20 avril, une Carte blanche et la présentation de son documentaire Retour à Kotelnitch (2003). La remise de prix aura lieu dans le cadre de la 52e édition du Festival du 15 au 25 avril 2021. La Cinémathèque suisse et l’ECAL (École cantonale d’art de Lausanne) sont une nouvelle fois les partenaires précieux de cette invitation.

Le choix d’Emmanuel Carrère comme Invité d’honneur de l’édition 2021 reflète l’ambition profonde du Festival d’étendre encore et sans relâche l’exploration de la notion de réel, à travers les formes et les incarnations, qu’elles soient cinématographiques ou littéraires. Que ce soit dans ses ouvrages, ou dans son approche à l’image et au cinéma, même de fiction, Carrère s’intéresse essentiellement aux fragments de vie, aux extraits de «réel», qui surgissent en creux, dont il s’empare en revendiquant une position de témoin subjectif. Parler à la première personne de celles et ceux qui ne lui ressemblent pas, chercher dans l’écriture de cette irréductible différence la possibilité de faire «communauté», rapproche immanquablement cet auteur de pratiques et démarches familières du cinéma du réel.

Né à Paris en 1957, Emmanuel Carrère fait ses études à l’Institut d’études politiques (Sciences Po) et effectue son service militaire en Indonésie. De retour en France, il amorce sa carrière comme critique de cinéma pour Positif et Télérama. En 1982, il écrit son premier livre, une monographie dédiée au cinéaste allemand Werner Herzog. Après un essai biographique remarqué sur Philip K. Dick (Je suis vivant et vous êtes morts, 1993) dans lequel il expérimente déjà ce qui deviendra par la suite son style, il oriente sa plume vers une recherche formelle cherchant à révéler la part de romanesque dans un matériau entièrement véridique, dont L’Adversaire  est emblématique. Ce récit troublant consacré à l’Affaire Romand, adapté au cinéma en 2002 par Nicole Garcia, deviendra le premier grand succès de sa carrière.

Par la suite, Emmanuel Carrère navigue avec intérêt et aisance entre les media; en plus d’être journaliste et écrivain, il est scénariste et cinéaste. Auteur aux interrogations multiples, il pose la question du réel, des croyances ou de nos introspections. Son premier long métrage Retour à Kotelnitch (2003), sélectionné à La Mostra de Venise, mêle Histoire russe et histoire personnelle. En 2005, il adapte son propre roman, édité aux éditions P.O.L, La Moustache (présenté à la Quinzaine des réalisateurs), avec Vincent Lindon et Emmanuelle Devos. Tout au long d’une oeuvre aux formes plurielles, Emmanuel Carrère – récompensé par le prestigieux prix Renaudot pour Limonov en 2011 – a brillamment questionné l’opacité de la fiction et l’étrangeté du monde tangible. Son dernier livre Yoga est un constat intime et abrasif, non dénué d’humour, sur l’état du monde contemporain et des âmes tourmentées qui le peuplent. Basé sur le travail documentaire de la journaliste Florence Aubenas, Le quai de Ouistreham, son nouveau film homonyme avec Juliette Binoche dans le rôle principal, sortira en 2021.

Dans son essai Pourquoi j’aime le cinéma 1 , Emmanuel Carrère explique: «Le documentaire brut sur les indénombrables facteurs réels, qui, plus ou moins heureusement domestiqués, ont concouru à la fiction (ou au documentaire, aussi bien) me fascine davantage, au fond, que cette fiction. (…) Tout ce qui a été filmé me fascine ; je ne trie qu’ensuite, et c’est pour moi une opération radicalement différente. On ne juge pas le réel, me semble-t-il.».

Le Festival présentera Retour à Kotelnitch (2003) ainsi qu’une Carte Blanche permettant de découvrir des films marquants pour l’auteur. Poursuivant de longues collaborations solides et fertiles, cet hommage est organisé avec la Cinémathèque suisse qui présentera des films réalisés ou scénarisés par Emmanuel Carrère, et avec l’ECAL qui co-animera la Masterclass de 3h donnée durant le Festival. Ce moment de discussion permettra notamment d’interroger le rapport d’Emmanuel Carrère au réel, à l’image et au cinéma.

Créé en 2014, le Prix Maître du Réel vient récompenser l’oeuvre d’un.e cinéaste ayant travaillé tant dans le registre du cinéma du réel que de celui de la fiction. De Claire Denis en 2020 à Werner Herzog à l’occasion de la 50e édition du Festival (en 2019), en passant par Claire Simon, Peter Greenaway, Alain Cavalier, Barbet Schroeder ou Richard Dindo, tou.te.s les Maîtres du Réel auront permis d’élargir le spectre des possibles cinématographiques. En 2021, le prix et l’hommage sont renommés dans une volonté de simplification et d’ouverture. Dans ce sillon, Emmanuel Carrère devient le premier «Invité d’honneur» de Visions du Réel.

1 Emmanuel Carrère, Pourquoi j’aime le cinéma, in: Emmanuel Carrère, faire effraction dans le réel, sous la direction de Laurent Demanze et Dominique Rabaté, P.O.L., 2018.

Catalogue 2021: édito sur Emmanuel Carrère (édito écrit par Emmanuel Chicon)

Carte blanche à Emmanuel Carrère

  • Werner Herzog, Edilig, Paris 1982 (essai, monographie)
  • L’Amie du jaguar, Flammarion, 1983 (roman)
  • Bravoure, P.O.L, 1984 (roman)
  • La Moustache, P.O.L, 1986 (roman)
  • Le Détroit de Behring, P.O.L, 1986 (essai)
  • Hors d’atteinte ?, P.O.L, 1988 (roman)
  • Je suis vivant et vous êtes morts, Le Seuil, 1993 (biographie consacrée à P.K. Dick)
  • La Classe de neige, P.O.L, 1995 (roman)
  • La Classe de neige, de Claude Miller, 1998, (adaptation du roman éponyme)
  • L’Adversaire, P.O.L, 2000 (récit)
  • L’Adversaire de Nicole Garcia, 2002 (adaptation du récit éponyme)
  • Le Soldat perdu, 2003 (reportage documentaire pour la télévision)
  • Retour à Kotelnitch, 2003 (film)
  • La Moustache, 2005 (film et scénario de son roman éponyme)
  • Un roman russe, P.O.L, 2007 (récit)
  • D’autres vies que la mienne, P.O.L, 2009 (récit)
  • Limonov, P.O.L, 2011, (récit)
  • Le Royaume, P.O.L, 2014, (récit)
  • Il est avantageux d’avoir où aller, P.O.L, 2016 (récit)
  • Yoga, P.O.L, 2020 (récit)
  • Le Quai de Ouistreham, sortie prévue 2021 (film)

Programme 2021