The Sorrow and the Pity

Marcel Ophüls
France, FRG, Suisse, 251 min

À rebours d'un certain cinéma vérité prétendant saisir les choses avec une caméra invisible, Marcel Ophüls se met en scène pour rencontrer des témoins de l'Occupation en France. Disloquant les mythes officiels, son film-fleuve fit scandale à l'époque. Avant de devenir un classique du cinéma documentaire d'histoire contemporaine.

Dynamitant la vision gaulliste d’une nation unie contre l’occupant pendant la Seconde guerre mondiale, Marcel Ophüls tourne à la fin des années 1960 Le Chagrin et la Pitié, chronique de la vie quotidienne dans une ville française, Clermont-Ferrand, choisie pour sa situation géographique – proche de Vichy et plaque tournante de la Résistance. À rebours d’un certain puritanisme propre aux tenants du « cinéma vérité » prétendant saisir les choses comme si la caméra était invisible et refusant le style démonstratif, le réalisateur se met en scène et innove en accordant le premier rôle aux témoins, souvent anonymes – collaborateurs, notables, résistants, miliciens... qui côtoient des personnalités telles que Pierre Mendès-France ou Anthony Eden, sans établir de hiérarchie. Le montage, contrapuntique, alternant les entretiens filmés avec des extraits des actualités de l’époque, allemandes, françaises et britanniques, tisse une passionnante dramaturgie. Véritable séisme au moment de sa sortie en 1971, ce film-fleuve demeure une indémodable fresque sur la mémoire de l’Occupation.

Emmanuel Chicon

Durée
251 min
Année
1968
Pays
France, FRG, Suisse
Section
Invité d'honneur Emmanuel Carrère
Langue
français
Sous-titre
anglais
Production
André HarrisAlain de Sedouy
Contact de vente
Gaumont

Invité d'honneur Emmanuel Carrère

→ Tous les films