Nadim Mishlawi
Liban, Émirats arabes unis, 70 min

Dans la périphérie de Beyrouth se trouve Karantina, un lieu désormais abandonné qui a été le site d’un violent massacre en 1976. Sans nul besoin de montrer des images violentes, l’exploration visuelle et sonore proposée par l’impressionnant premier long métrage de Nadim Mishlawi nous conduit dans les recoins les plus sombres de l’histoire du Liban, mais aussi de son inconscient collectif.

Dans la périphérie de Beyrouth se trouve Karantina, un lieu désormais abandonné qui fut, dans sa longue et triste histoire, le site d’un abattoir, d’une prison et d’un violent massacre en 1976. Le réalisateur utilise sa caméra comme une sonde explorant une Atlantide restée inaccessible depuis presque vingt ans, engloutie par le temps et l’oubli. Pénétrer Karantina se révèle une expérience presque organique : on semble pouvoir toucher les matériaux, sentir l’humidité, percevoir l’espace – sensations amplifiées par la musique composée par le réalisateur. A ces images s’ajoutent des entretiens, qui tracent des parallèles entre le lieu et l’histoire du pays, faisant de Karantina et des événements qui s'y sont déroulés une métaphore du Liban.

Sans même montrer d’images violentes, l’exploration visuelle et sonore  proposée par l’impressionnant premier long métrage de Nadim Mishlawi nous conduit dans les recoins les plus sombres de l’histoire du Liban, et de son inconscient collectif.

Bande-annonce

Durée
70 min
Année
2011
Pays
Liban, Émirats arabes unis
Section
Focus Liban
Langues
arabe, anglais
Sous-titres
anglais
Production
Christian Eid
Contact de vente
Eva Badrebadr@mcdistribution.me+9611 332661

Focus Liban

→ Tous les films