Claire Denis
France, 84 min

Filmant un « travail en train de se faire », Claire Denis a suivi la chorégraphe française Mathilde Monnier le temps d’une création. De l’écriture à la mise en scène, le rapport au corps est abordé sous toutes ses facettes, donnant à voir le langage commun de deux artistes et tissant d’infinies passerelles entre danse et cinéma.

Voir le film pour la Suisse, la France, le Luxembourg et la Belgique

www.tenk.fr/arts/vers-mathilde.html

Voir le film pour les autres pays de l’Union Européenne et le Royaume-Uni

www.tenk.eu.com/fr/d/festivals/visions-du-reel-2020/vers-mathilde

 

« Dans chaque geste il y a une résistance et un abandon ». C’est par ces termes que s’exprime la chorégraphe française Mathilde Monnier au sujet de son rapport à la danse et plus précisément au corps. Claire Denis l’a suivie le temps d’une création, de l’écriture à la mise en scène, en passant par les répétitions. Admettons que le cinéma soit une peau et l’on comprend ainsi les raisons pour lesquelles la cinéaste alterne entre l’utilisation du super 8 et du 16mm. Trouver la bonne matière, la texture idéale, cela participe du travail de recherche conduisant à faire corps avec la démarche de Mathilde Monnier. De cette présence pourtant discrète du dispositif naît une attention de tous les instants aux gestes, laissant dès lors à chaque spectateur.rice le soin d’épouser les courbes dessinées par les film. Cette médiation donne finalement à penser que cinéma et danse partagent un même langage dont on ne sait plus très bien qui se nourrit de l’autre. Avec une délicatesse infinie, Claire Denis filme le devenir d’une pièce comme processus du désir.

Tom Bidou

Durée
84 min
Année
2004
Pays
France
Section
Maître du Réel Claire Denis
Langue
français
Sous-titre
anglais
Production
Celluloid Dreams

Maître du Réel Claire Denis