El father como sí mismo

Mo Scarpelli
Italie, Royaume-Uni, Venezuela, États-Unis, 105 min
Première mondiale

Tandis que Jorge a quitté le Venezuela enfant, son père y est demeuré. Dans un pays qu’il peine à reconnaître, le fils réalise aujourd’hui un film de fiction (La Fortaleza, Jorge Thielen Armand) sur le passé trouble de ce géniteur dans les mines d’or illégales de la jungle amazonienne. Avec détermination, El Father Plays Himself brosse le portrait d’une relation filiale complexe et de rapports de force mouvants.

Si Jorge a quitté le Venezuela enfant, son père y est demeuré. Avec le temps et à distance, le fils devenu cinéaste a imaginé un film venant s’emparer de certains traits de l’histoire de son géniteur, au passé trouble, dans les mines d’or illégales de la jungle amazonienne. Ainsi Jorge revient-il dans ce pays qu’il peine à reconnaître pour tourner une fiction, La Fortaleza, dans laquelle son père Roque aura forcément le rôle principal ; le sien. Capturant les méandres d’une relation désespérée, une certaine perversité du processus de tournage ainsi que l’ambivalence des relations père-fils/père fantasmé-fils démiurge, Mo Scarpelli brosse résolument et avec sensibilité le portrait de rapports de force mouvants, de l’intimité qui point le jour, non sans difficulté, et se voit noyée dans l’alcool lorsque surgit la première bouteille de rhum. Ou comment le cinéma tantôt parvient-il – et tantôt est-il voué à l’échec – à donner forme aux êtres et à l’amour qui les habite.
Emilie Bujès
Durée
105 min
Année
2020
Pays
Italie, Royaume-Uni, Venezuela, États-Unis
Section
Compétition Internationale Longs Métrages
Première
Première mondiale
Langue
espagnol
Sous-titre
anglais, français
Production
Manon Ardisson
Contact de vente
Mo Scarpelli
mo@rakefilms.com
+393493303952

Compétition Internationale Longs Métrages