Marx can wait

Marco Bellocchio
Italie | 2021 | 95 min
Première suisse
Langue : italien
Sous-titres : français, anglais

En 1968, Camillo Bellocchio met fin à ses jours, peu après avoir alerté son jumeau Marco sur sa détresse, l’invitant à une pause dans sa lutte politique : « Marx peut attendre ». Le cinéaste confronte sa famille à cette blessure matricielle, le long d’une réunion testamentaire qui offre la clé de lecture d’une œuvre qui n’a jamais discontinué avec le réel.

Marx può aspettare, c’est l’expression figée prononcée par Camillo Bellocchio que son jumeau-cinéaste Marco, exalté par la radicalité de sa lutte maoïste, n’a su saisir comme signe avant-coureur de sa détresse. Acmé tragique d’une année 1968 réjouissante parce que traversée par des épisodes révolutionnaires, le suicide de Camillo est la blessure matricielle d’un auteur qui avait déjà fait du conflit fraternel le cœur de ses premiers films (la gémellité étant même le sujet tacite de I Pugni in tasca et de La Cina è vicina). Le cinéaste saisit l’occasion d’une cousinade d’octogénaires pour confronter la dynastie Bellocchio à sa culpabilité, à l’aide d’un dispositif qui mélange prise de vues contemporaines et archives historiques. Le film est gonflé de citations issues de ses précédentes réalisations ce qui permet de nourrir le regard porté sur une œuvre qui n’a jamais discontinué avec le réel, tout en soutenant les thèmes caractéristiques de son cinéma : la défiance vis-à-vis de la famille et de son vampirisme et le démantèlement de tout mécanisme d’asservissement. Une intimité qu’en revanche Bellocchio n’avait jamais si frontalement revendiquée.

Pierre Guidez 

 
Montage
Francesca Calvelli
Production
Michel MerktSimone GattoniKavac Film s.r.lBeppe CaschettoAlessio Lazzareschi

Invité d’honneur Marco Bellocchio

→ Tous les films