Good Morning, Night

Marco Bellocchio
Italie | 2003 | 106 min
Langue : italien
Sous-titres : français, anglais

En 1978, la séquestration puis l’assassinat d’Aldo Moro – figure du « compromis historique » entre communistes et démocrates-chrétien·ne·s – est un événement traumatique mais constructeur pour la gauche italienne. La fiction déployée par Bellocchio, entrelacée de saisissantes images d’archives, permet d’enfin saisir le conflit interne des terroristes, entre pureté idéologique et éthique de l’action. Fulgurant.

Au printemps 1978, la longue séquestration puis l’assassinat d’Aldo Moro – figure du « compromis historique » entre communistes et démocrates-chrétien·ne·s – est un événement constructeur et traumatique pour la gauche italienne. Mené par le groupuscule terroriste d’extrême-gauche des Brigades rouges, cette action est symptomatique du dilemme de la théorie militante, entre éthique de l’action et pureté idéologique. Le passage par la fiction permet de donner corps aux idées, parvenant à mettre en image la mise en échec d’un solipsisme borné face au mouvement de l’action révolutionnaire. Terminé en 2003, ce huis clos historique permet à Marco Bellocchio de réaliser le contrechamp à un babillage télévisuel qui communiquait seul sur les cinquante jours du rapt – une documentation sans matière, à vide, ne produisant que du commentaire – en se concentrant sur l’intimité et le quotidien des terroristes. Buongiorno, notte est une ligne tendue depuis l’interprétation historique vers l’examen critique des images de son temps. C’est l’un des grands films de son auteur, agité et fulgurant. 

Pierre Guidez 

 
Montage
Francesca Calvelli
Production
Marco BellocchioSergio Pelone

Invité d’honneur Marco Bellocchio

→ Tous les films