Château de Nyon
Exposition du 12 juin au 13 septembre 2020, tous les jours sauf les lundis, de 10h à 17h.

www.chateaudenyon.ch

Fascicule de l'exposition

Visites guidées de l'exposition
Vendredi 26 juin, 11h 
Mercredi 1er juillet, 15h30 
Mercredi 26 aout, 14h 
Mercredi 9 septembre, 11h

Visite gratuite, inclue dans le billet d'entrée. Durée 1h. Sur inscription à [email protected]

Dès le 12 juin, Visions du Réel présente au Château de Nyon, sentiments, signes, passions – à propos du livre d'image, une exposition inédite imaginée avec Jean-Luc Godard.

 

Le livre d’image (2018) est le dernier film de Jean-Luc Godard, cinéaste franco-suisse habitant à Rolle, lié à la Ville de Nyon par son histoire personnelle. Monument du cinéma mondial, le réalisateur à l’œuvre prolifique a influencé sans relâche le septième art par son style audacieux. 

Introduit par cinq chapitres, tels les cinq doigts de la main, qui ensemble en forment un sixième – comme les événements du passé forgent chaque individu selon leur composition –, Le livre d’image entrelace des images empruntées dans la mémoire du cinéma. Sous forme de poème politique cinématographique, Jean-Luc Godard les habite et ponctue de sa voix et de sons, de textes et de musique, tandis qu’il cisèle les extraits, superposant, décalant, recadrant les séquences et saturant les couleurs. 

L’exposition, imaginée avec le cinéaste dans un dialogue amorcé il y a deux ans, reprend le découpage du film et fragmente, explose encore davantage chaque partie de l’œuvre, tant du point de vue sonore que visuel, en insérant de l’espace et du temps entre ces dimensions. « Si mettre en scène est un regard, monter est un battement de cœur. Prévoir est le propre des deux ; mais ce que l’une cherche à prévoir dans l’espace, l’autre le cherche dans le temps. » (Cahiers du Cinéma, décembre 1956). Godard envisage naturellement le montage dans son rapport au temps, mais le conçoit par ailleurs comme plus proche de l’architecture (Jean-Luc Godard par Jean-Luc Godard, 1998) que d’une addition cumulative d’éléments sous-tendue par le récit. Le montage consiste à « mettre en rapport les choses […]. Ce que j’appelle montage est simplement un rapprochement. […] Le montage permet de voir des choses et non plus de les dire » (JLG, Introduction à une véritable histoire du cinéma, 1980). 

sentiments, signes, passions s’ancre dans une démarche se situant dans l’héritage d’Henri Langlois et de son musée du cinéma, qui mélangeait affiches, maquettes et dessins pour donner une forme physique à l’idée même de montage. A travers différents espaces, de nombreux écrans et haut-parleurs, la perception du monde extérieur, le rapport à l’image et au son est exacerbé, tandis que le format filmique linéaire se dérobe. L’association, libre, arbitraire et sans cesse renouvelée des éléments (les images, les séquences et les sons) crée chez le spectateur un langage nouveau, une expérience personnelle. Chacun.e construit son parcours dans l’espace du « film ».

 

Exposition en collaboration avec le Château de Nyon.
Avec le soutien du Canton de Vaud, de la Ville de Nyon, de la Région de Nyon et de la Fondation Jan Michalski.
Partenaire technique: Imersis

Création: Jean-Luc Godard
Conception et mise en oeuvre: Fabrice Aragno
Coordination: Mathieu Rohrer
Proposée par Visions du Réel – Émilie Bujès
Produite par Visions du Réel et L'Atelier

Photos de l'exposition: Julien Gremaud