Derrière nos yeux

Anton Bialas
France, 45 min
Première suisse

Trois portraits, trois hommes, solitaires et vagabonds. Patrick Dumont, d’abord, qui vit dans la rue et déambule dans Paris avec un rapport aux lieux d’une simplicité originelle. Puis Aliasare, jeune peintre qui guette les éclats et scintillements du monde, lors de ses promenades citadines. Et enfin, Hadrien Mossaz, qui explore les bois et ne voit pas. Les trois hommes ne se croiseront pas, chacun n’évoluant qu’à échelle de son environnement immédiat et dans une temporalité restreinte. Ce qui lie ce triptyque n’est pas théorique, mais bien sensible, voire sensoriel. Il y a quelque chose de charnel dans le cinéma d’Anton Bialas et ce n’est pas qu’une question de proximité de caméra ou de prédominance des éléments naturels. « Ce que tu verras, tu le deviendras », cette citation qui ouvre le film dévoile son projet : l’être est fait de ce qu’il capte. Et par son œil caméra, ce qu’il voit devient matière : la chaleur d’un rayon de soleil sur la peau, l’épaisseur rugueuse de l’écorce d’un arbre, la fluidité de la peinture qui glisse sous le pinceau…

Madeline Robert 

Behind Our Eyes sera suivi du nouveau court métrage d’Anton Bialas projeté en version de travail :  A l’entrée de la nuit (env. 20’).

Bande-annonce

Durée
45 min
Année
2018
Pays
France
Section
Doc Alliance Selection
Première
Première suisse
Langue
français
Sous-titre
anglais
Production
Marthe Lamy

Doc Alliance Selection

→ Tous les films