Nouvelle affiche & Ateliers 2013

Visions du Réel lève le voile sur sa nouvelle affiche, tirée des Ateliers 2013: deux leçons de cinéma avec des réalisateurs de renom, Laila Pakalnina et Eyal Sivan.

L'affiche de la 19e édition
et les deux Ateliers 2013 

Visions du Réel permet de découvrir une sélection des meilleures oeuvres du cinéma du réel, mais pas seulement: le Festival offre également la possibilité de suivre de véritables leçons de cinéma inédites via ses traditionnels Ateliers.

Pour 2013,
la réalisatrice lettone Laila Pakalnina
et le cinéaste israélien Eyal Sivan
sont à l’honneur. L’occasion de reparcourir leur oeuvre à Nyon durant le Festival (19 au 26 avril 2013) ou, pour la toute première fois à Lausanne et Genève, via une nouvelle collaboration avec la Cinémathèque suisse et les Cinémas du Grütli.

 

Laila Pakalnina: l’humour et la beauté

Les films de Laila Pakalnina sont à la fois complexes et accessibles, légers et profonds, alliant l’ironie à la beauté. Qu’ils soient des œuvres documentaires ou des mises en scène de fiction, les films de la cinéaste lettone – sélectionnés par les plus grands festivals (Berlin, Cannes, Locarno ou encore Venise) – se basent sur une stricte observation de la vie et ne nécessitent que peu de mots. "Pour elle, si quelque chose est explicable verbalement, le potentiel cinématographique du sujet s’estompe" (Luciano Barisone, directeur de Visions du Réel).
Ses récits, dépouillés de dialogues et riches en images se construisent ainsi sur un découpage accumulant des indices visuels plutôt que sur des évidences scénaristiques. Un tel dispositif laisse place à l’interprétation et offre au spectateur un espace de liberté extrêmement jubilatoire où le plaisir du spectacle se mêle à une réflexion empathique sur l’humanité. 

 

Eyal Sivan: le cinéaste qui porte un autre regard sur l’Histoire

Porter un autre regard sur l’Histoire: voilà ce qui caractérise l’œuvre d’Eyal Sivan, réalisateur israélien dont le cinéma constitue une des réflexions philosophiques les plus intenses et profondes dans le cadre du documentaire contemporain. Ses films se situent dans un horizon au sein duquel la confrontation avec l’Histoire est inévitable et continue ; un horizon où la pratique du documentaire n’est pas projetée vers un futur hypothétique mais s’inscrit fortement dans le présent. Pour lui, faire du documentaire, c’est porter un regard nouveau ou différent sur l’Histoire, à savoir donner un autre point de vue sur ce qui existe déjà, ce qui a déjà été vu et ce qui est déjà connu.
Cette recherche constante de référentiels différents, d’une autre Histoire – en réfléchissant sans cesse à la définition même de vérité historique – a fait du travail d’Eyal Sivan un carrefour inévitable du cinéma de ces derniers trente ans ; et de lui-même un des plus attentifs observateurs du conflit entre Israël et Palestine.

 

A télécharger: l'affiche 2013 en haute résolution